Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
A propos de la Fondation

La vache sacrée

La vache, sacrée et bienfaitrice, est protégée dans l’hindouisme qui prône le régime végétarien. Sa chair reste dans le domaine de l’inconsommable. Actuellement, l’interdiction de son abattage est ratifiée par des lois dans quelques États indiens, ce qui engendre débats et tensions. Mais ses produits restent particulièrement valorisés et le lait, transformé notamment en ghee ou en yoghourt, est un aliment incontournable en Inde.
©Majid Saeedi_Vache_sacrée_Inde.png
© Getty Images - Majid Saeedi - Vache sacrée en Inde

La vache, un animal vénéré dans l’hindouisme

Dans la religion hindoue, la vache a acquis une dimension sacrée. Elle était immolée comme d’autres animaux et offerte aux dieux en sacrifice, et sa viande était consommée. Progressivement employée dans un rituel religieux, la vache est devenue elle-même sacrée et objet de vénération à partir du 4e siècle AEC. Elle représente la Terre mère, car elle est source de bienfaits et son lait nourrit toute créature. Krishna, une divinité centrale de l’hindouisme, est d’ailleurs dépeint dans de nombreux épisodes racontant sa vie comme vacher et désigné comme l’enfant qui protège les vaches.

Aujourd’hui, les hindous, qui représentent environ 80 % de la population indienne, mangent rarement de la viande. La consommation de la chair de vache est taboue pour des raisons religieuses. Certains États indiens ont même introduit ce principe dans leur système juridique en faisant passer des lois pour interdire l’abattage et la consommation de vaches (mais sans aller jusqu’à poursuivre les consommateurs). Ces lois sont dénoncées par les partisans de la laïcité et les membres d’autres religions. Elles sont signalées comme une atteinte aux libertés fondamentales de l’individu et comme une forme de discrimination à l’égard des autres communautés religieuses (musulmane et chrétienne notamment) qui autorisent la consommation de vache.

Les produits dérivés de la vache sacrée

Tous les produits dérivés de la vache, animal sacré pour les hindous, sont hautement valorisés. Le lait surtout se prête à de multiples préparations. Il est transformé en yoghourt ; salé et aromatisé, il est intégré aux repas. Le yoghourt est utilisé pour la sauce des légumes émincés et des épices. On le consomme aussi sous forme de boisson, mélangé à de l’eau ou du lait glacé (lassi). Le ghee, matière grasse constituée de beurre clarifié, est un aliment grandement apprécié. Et le babeurre, résidu du beurre, est omniprésent dans l’alimentation paysanne.

Par ailleurs, l’intérêt de la vache ne se limite pas seulement au lait. L’urine peut entrer dans la composition d’un mélange purificateur utilisé dans certains rituels religieux. Les bouses de vache servent d’engrais et de combustible. Ramassées, façonnées et séchées, elles sont utilisées pour la cuisson des aliments.

Le porc : un animal impur

Comme la chair de la vache, celle du porc est proscrite dans l’hindouisme. Contrairement à la vache sacrée, le porc représente l’impureté et la saleté, parce qu’il se nourrit entre autres des déchets des humains. Les restes alimentaires sont, en effet, considérés comme particulièrement impurs et souillés (par le toucher ou la salive par exemple).