Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
A propos de la Fondation
accueil : Savoir : Récepteurs sensoriels

Récepteurs - sensoriels

Les récepteurs sensoriels nous permettent de voir, entendre, goûter et sentir, ainsi que de percevoir le toucher, la douleur, la température et la position du corps. Ils permettent également de manière inconsciente au corps de détecter des changements du volume sanguin, de la concentration de sels minéraux, gaz et nutriments dans le sang.

Le récepteur sensoriel transmet l’information

Un récepteur sensoriel est une terminaison d’un neurone ou d’une partie d’une cellule qui répond à un stimulus interne ou externe au corps en générant un influx nerveux. Chez les êtres humains, les récepteurs sensoriels peuvent être classés selon le type de stimulus auquel ils réagissent comme la stimulation mécanique (ou pression), la lumière, la température ou des substances chimiques. Le stimulus particulier auquel ils répondent dépend principalement de l’organe sensoriel où ils se situent et de leur localisation dans le corps.

Un mode de transmission unique pour chaque sens

Les récepteurs sensoriels du corps répondent tous de la même façon à un stimulus précis par le biais de protéines qui sont alors activées. Par exemple, la lumière atteignant la rétine provoque la rotation d’une petite partie des cellules de celle-ci (les photopigments). Dans l’oreille interne, ce sont les protéines de certaines cellules qui sont sensibles à la force des sons ou aux mouvements de la tête. De même, ce sont des protéines de la membrane de certaines cellules de la peau qui détectent la pression exercée sur la peau. Enfin, les molécules odorantes se lient aux protéines des cellules olfactives dans le nez.

Alors que le signal transmis appelé potentiel d’action ou influx nerveux est identique quel que soit le récepteur activé, c’est le type de cellule qui le transmet et la partie du corps dans laquelle la cellule se situe qui vont permettre au cerveau d’interpréter le message.

Quand notre système sensoriel fait des économies

La sensibilité d’un récepteur sensoriel dépend de la fréquence à laquelle il a récemment été stimulé. En cas de stimulation constante, comme lorsque nous sommes exposés à un bruit de fond constant ou à une forte odeur, le récepteur sensoriel subit une adaptation diminuant le nombre d’influx nerveux produits en réponse au stimulus. Les récepteurs sont donc plus sensibles aux stimulations irrégulières. Cette adaptation permet ainsi au système sensoriel d’économiser l’utilisation d’influx nerveux.