Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
A propos de la Fondation
accueil : Savoir : Les techniques du maraîchage

Les techniques du maraîchage

Le maraîchage possède un répertoire de gestes combinés à des outils choisis en fonction de la culture potagère et de son cycle. L’outil permet d’accomplir le geste de manière plus précise, facile et rentable. Les gestes manuels ont peu à peu été remplacés par des gestes mécanisés dans le cadre des cultures industrielles, au moyen de machines multi-usages.
AL017-19  Technique
© Shutterstock / Andris Tkacenko - Désherbage à la binette
 

Des gestes précis pour chaque étape de la production

De nos jours, le maraîchage occupe différents espaces en fonction des saisons : en culture potagère, sous serre ou en champ. Ces espaces tendent à s’accroître pour répondre à la demande grandissante des consommateurs.

Souvent, les mêmes étapes caractérisent un cycle de culture. Le labourage ou la préparation du sol consiste à retourner la terre pour en enlever les résidus d’anciennes récoltes et l’aérer. Le semis est l’action de semer les graines : celles-ci sont déposées dans la terre, de manière irrégulière (par lancer) ou régulière (en espaçant chaque grain à un intervalle donné). De la terre est ajoutée sur les graines et arrosée pour permettre la germination. Lorsque le semis a poussé dans de petits pots individuels ou sur une surface de germination (la ‘crèche’ des plantes), les petites pousses (les plants) sont ensuite plantées dans le sol. Cette action se nomme le repiquage.

Le traitement par fertilisants et pesticides ainsi que l’arrosage régulier s’ajoutent à chacune de ces étapes. Ils favorisent la croissance et l’apport en nutriments, et agissent contre les maladies, les insectes et les ravageurs.

D’autres gestes peuvent s’effectuer en fonction de l’espèce cultivée. Le pinçage ou le taillage des bourgeons ou des tiges permet de contrôler le volume et la qualité de la production. Pendant la croissance, le tuteurage assure le soutien (avec un bâton par exemple) de certaines plantes comestibles, tels la tomate, l’aubergine ou encore le poivron.

La récolte clôt le cycle : une fois arrivés au degré de maturation désiré, les légumes sont ramassés à la main ou à la machine qui les récupère par un système de pics ou crochets, laissant la terre se reposer en vue d’un nouveau cycle.

À chaque outil sa fonction

Outils manuels pour la préparation du sol, la bêche sert à labourer, retourner et diviser la terre. La binette nettoie et aère la terre ; le sarcloir arrache les mauvaises herbes ; et la serfouette ameublit le sol pour que le semis puisse bien se développer. À cela s’ajoutent les châssis, les coffres et les caissettes qui ont pour fonction d’accélérer la germination et la croissance des semis. La hotte de ramassage est utilisée lors de la récolte.

Dans le cadre de cultures industrielles, les machines se substituent aux outils manuels individuels en effectuant des actions multiples et souvent simultanées : labourage et semis, désherbage et arrosage. Enfin, les récolteuses ramassent les plantes une fois le cycle achevé.