Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
A propos de la Fondation
accueil : Savoir : Histoire de la pyramide alimentaire suisse

Histoire de la pyramide alimentaire suisse

La pyramide alimentaire représente la base des conseils en matière de pratiques alimentaires adaptés aux adultes. Une alimentation équilibrée devrait permettre de couvrir les besoins journaliers en nutriments, mais également de fournir l’énergie nécessaire aux activités et de procurer du bien-être.

Alimentation et besoins

S’il est recommandé à travers le monde de manger de façon équilibrée et de boire principalement de l’eau, les normes alimentaires varient d’un pays à l’autre selon les coutumes, les ressources et le climat. En 1998, la Société Suisse de Nutrition (SSN) a élaboré un premier modèle de pyramide alimentaire, adapté à partir du modèle de la pyramide alimentaire américaine.

Le principe de la pyramide alimentaire permet une bonne visualisation des valeurs d’apports nutritionnels des aliments. La pyramide est divisée en plusieurs étages regroupant les denrées en groupes d’aliments selon leur contenu en nutriments essentiels et selon la culture du pays auquel la pyramide s’applique. Ces étages ont également été déterminés en tenant compte des impacts potentiels des aliments sur le métabolisme, le diabète ou encore l’obésité.

Évolution de la pyramide

Développée en 1998, la pyramide alimentaire suisse (renvoi vers la pyramide de 1998) a été élaborée à partir de la pyramide alimentaire américaine. Par rapport à cette dernière, la Société Suisse de Nutrition a ajouté le groupe des boissons, celui des aliments sucrés et celui des matières grasses, ainsi que la notion de portions adaptées. Selon ce modèle de pyramide, un adulte suisse devrait consommer quotidiennement 50-55 % de son apport énergétique sous forme de glucides, 30-35 % sous forme de lipides et le pourcentage restant sous forme de protéines. La forme de pyramide renseigne sur la quantité recommandée pour chaque groupe d’aliments : plus le groupe d’aliments est situé bas dans la pyramide, plus sa consommation devrait être importante, et inversement.

Cette version de la pyramide alimentaire suisse (renvoi vers la pyramide de 2005) a ensuite été mise à jour en 2005. Les modifications portaient principalement sur des recommandations accompagnant la pyramide. Par exemple, des spécifications concernant la fréquence de consommation des aliments ont été apportées (tous les jours, pour le plaisir, à chaque repas, etc.). De plus, des indications sur la pratique d’exercices physiques quotidiens ont été ajoutées. En 2011, de nouvelles modifications (renvoi vers la pyramide de 2011) ont été apportées par la Société Suisse de Nutrition, principalement au niveau graphique, afin de rendre ces informations plus accessibles.