Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Ticket Shop

La biodynamie

L’agriculture biodynamique s’inscrit dans le courant anthroposophique fondé par Rudolf Steiner. Désirant une approche globale du domaine agricole, elle cherche à régénérer et dynamiser les sols et les plantes. Elle inclut les pratiques de l’agriculture biologique ainsi que des préparations particulières (bouse de corne, etc.). Elle dit également intégrer l’influence des rythmes cosmiques sur le développement de la terre et favoriser les symbioses entre le sol, les plantes, les animaux et les hommes.

Une terre saine pour des aliments de qualité

L’agriculture biodynamique fait partie des courants fondateurs de l’agriculture biologique. En 1924, des agriculteurs et agronomes allemands constatent avec inquiétude l’altération des plantes cultivées, la perte de fertilité des troupeaux ou encore la baisse de la qualité des aliments. Pour y remédier, ils s’intéressent à l’anthroposophie, un courant de pensée ésotérique présenté comme « un chemin de connaissance qui veut mener le spirituel qui est dans l’être humain vers le spirituel qui est dans l’univers », et s’adressent à son fondateur Rudolf Steiner (1861-1925). Ce philosophe autrichien organise alors un cycle de huit conférences, où il énonce les fondements théoriques et pratiques d’une agriculture qui sera plus tard appelé « biodynamique » par ses adeptes. Raisonnant sur l’idée d’une terre affaiblie et d’organismes dégénérés, Steiner développe des méthodes qui visent à vivifier et soigner le sol et les plantes ainsi qu’à favoriser les liens entre les différents niveaux du vivant.
Corne de vache remplie avec de la bouse qui stimulerait la vie du sol et améliorerait la résistance des cultures
© Shutterstock / De FreeProd33 - Corne de vache remplie avec de la bouse qui stimulerait la vie du sol et améliorerait la résistance des cultures

La biodynamie comprend des pratiques particulières qui s’articulent autour de trois principes fondamentaux : la conception de la ferme ou du jardin comme une entité autonome et diversifiée, l’usage de préparations spécifiques à doses homéopathiques ainsi que la prise en compte des « rythmes cosmiques » dans le travail de la terre. En ceci, ces principes relèveraient plus de l’ordre de la croyance et se rapprocheraient de l’ésotérisme. D’un point de vue concret quelques pratiques s’avèrent similaires à celles de l’agriculture biologique comme les rotations culturales longues, le travail modéré du sol, le désherbage mécanique ou thermique ou encore le compostage des matières organiques.

Parmi les préparations biodynamiques souvent citées, on peut mentionner la bouse de corne qui est élaborée avec de la bouse dont on remplit des cornes de vache et qu’on enterre. Les cornes sont ici utilisées en tant qu’« antennes » permettant de recevoir et de concentrer les « forces cosmiques ».Cette préparation serait à même de stimuler la vie du sol et la croissance racinaire ainsi que d’améliorer la résistance des cultures. La silice de corne est une autre préparation à base de quartz finement broyé dont on remplit des cornes de vache et a pour but de favoriser la floraison et la fructification des plantes.

Concernant les influences des rythmes cosmiques sur la terre, plusieurs disciples à la suite de Steiner affirment avoir observé des liens avec les processus du vivant. Ils ont ainsi élaboré un calendrier qui indique les périodes propices aux semis, aux plantations, au travail du sol, à la taille, à la récolte ou encore à la vinification et aux transformations agroalimentaires (pain, fromage, etc.).

Pragmatique, l’agriculture biologique reprend au fil du temps une partie des pratiques issues de la biodynamie, mais s’émancipe des théories de l’anthroposophie, mettant de côté les solutions non éprouvées expérimentalement et en développant de nouvelles sur la base des sciences de la nature.

La biodynamie et le label 'Demeter' dans le monde

Aujourd’hui, l’agriculture biodynamique se pratique au niveau international avec des fermes certifiées Demeter dans plus de 50 pays. Le label Demeter assure le respect des pratiques biodynamiques sur les domaines agricoles ainsi que la qualité des produits transformés. En 2018, on dénombre 5350 producteurs et près de 1500 grossistes et transformateurs, pour 190 000 hectares de surface cultivée à travers le monde.

En Suisse, depuis l’automne 2016, Demeter est entré sur les étals des deux grandes chaînes de distribution, afin de favoriser l’écoulement des produits. Néanmoins, la quantité produite sous le label Demeter Suisse dépasse toujours la limite pouvant être écoulée sous ce même label. Pour amoindrir les pertes des producteurs, ce surplus est vendu sous le label bio Bourgeon ou encore même comme produit conventionnel.

Logo_Demeter_CMYK_coated.jpg
© Fédération Demeter Suisse