Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Ticket Shop

Manger – Vice ou Vertu ?

Thème annuel 2017 Vice ou Vertu Bandeau expo
Avec Manger – Vice ou Vertu ?, l’Alimentarium lance son premier thème annuel depuis sa réouverture en juin 2016. Une thématique qui vient apporter une saveur nouvelle aux trois secteurs de l’exposition permanente ainsi qu’aux contenus digitaux du Musée.

Les produits ‘bio’, les OGM, le sucre, les additifs, ou les ‘superfood’ sont autant d’aliments au cœur des débats actuels. Entre vertu que l’on prête à certains et opprobre que l’on jette sur d’autres, il devient difficile de faire le tri parmi la profusion d’informations et de comprendre comment se nourrir sans compromettre son bien-être ni celui de la planète.

L’Alimentarium propose ainsi d’explorer les notions de ‘bon’ et ‘mauvais’, de ‘naturel’ et d’‘artificiel’, appliquées à la nourriture et à sa production. Des effets magiques attribués à certains nutriments aux contraintes économiques de l’agriculture biologique, en passant par les risques et inquiétudes alimentaires, ce thème est à découvrir dans les trois secteurs de l’exposition permanente – L’Aliment, La Société et Le Corps. Les contenus abordés dans les différents secteurs de l’exposition pourront être approfondis grâce aux fiches Savoir ou au Magazine en ligne. Sans oublier les ateliers qui feront, eux aussi, écho à cette problématique.

Tout au long de l’année, ce thème s’augmentera de nouveaux contenus pour proposer un parcours vitaminé et évolutif, entre perceptions et discours scientifiques actuels.
 

Contenu en ligne 


Secteur Aliment

Le secteur Aliment aborde la question ‘naturel vs. artificiel’ à travers trois angles d’approche : la composition des aliments du point de vue des molécules qu’ils contiennent, les modes de production, allant de la permaculture à l’agriculture intensive du 20ème siècle, pour terminer avec un aperçu des méthodes de transformation et de conservation, qui confèrent aux aliments une plus grande durabilité dans le temps. Symbole de ces modes de culture alternatifs, un « kebab végétal » est placé à l’entrée du Musée. Il montre comment des variétés de fraises, de salades ou de baies de goji sont capables de pousser en « aéroculture », sans terre ni lien avec le sol.


Secteur Société

Comment comprendre le fait qu’on attribue des vertus ou des vices à certains aliments ? Le secteur Société survole différentes thématiques : le dégoût alimentaire, la phobie des plantes nouvelles ou celle de la chair animale, sans oublier les bienfaits des boissons miracles, le thé ou le café. Manger est avant tout l’un des actes les plus intimes qui soit : se nourrir, c’est faire sien les aliments, qui deviennent ensuite notre propre corps. Sur le plan symbolique, les qualités attribuées à un aliment sont censées devenir celles du mangeur. Aujourd’hui, le consommateur a l’impression d’avoir perdu la maîtrise de son alimentation. C’est peut-être l’une des raisons qui le pousse vers des aliments naturels qui donnent plus confiance.


Secteur Corps

Les nutriments essentiels à la construction de notre corps et à son fonctionnement sont apportés par la diversité des aliments et leur mode de préparation. Grâce aux cinq sens, le cerveau crée une image cohérente mais subjective du monde, à partir d’un flot d’informations sensorielles. Mais une image cohérente qui n’est pas nécessairement un exact réplica de la réalité –illusions d’optiques et intuition olfactive nous le rappellent. Cette perception parfois trompeuse peut-elle influencer nos choix alimentaires ? Après avoir sollicité tous nos sens, les aliments que nous mangeons sont décomposés dans le tube digestif. Désormais, il est possible de mesurer soi-même l’évolution de ces données en tout temps : activité physique, repos, poids et masse graisseuse, tension artérielle, calories consommées, glycémie… Cette disponibilité nous aide-t-elle réellement à faire les choix appropriés ?