Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
A propos de la Fondation
accueil : Alimentarium Magazine : Société : Fabuleuses traditions de noel
Rites & Fêtes
Fabuleuses traditions de Noël
01
décembre
2015
Manuella Magnin
Fête du partage par excellence, Noël revêt des formes différentes selon le pays du monde dans lequel on se trouve. Florilège de coutumes liées à cette célébration chrétienne, des plus traditionnelles aux plus étonnantes.

En vous attablant le 24 décembre au soir en famille autour d’une dinde farcie aux marrons, et en ponctuant votre repas d’une bûche gourmande, vous pensez peut-être avoir fait le tour de la question et payé votre tribut à la tradition. C’est ignorer que la table de Noël accueille de nombreux mets, bien différents si l’on se trouve en Amérique latine, aux Antilles, au nord ou au sud de l’Europe, en Asie ou en Australie. Et au-delà des délices que nous dégustons au pied du sapin, les coutumes sont nombreuses et parfois surprenantes. Les festivités sont bien sûr liées à la présence du christianisme qui a essaimé un peu partout dans le monde, mais aussi à des habitudes païennes. Avant l’ère chrétienne déjà, les Romains dédiaient une fête à Saturne en plein cœur de l’hiver. Petit tour du monde actuel des us et coutumes.

Europe du Nord

  • Au Groenland, à la veille de Noël, on se délecte du lard du narval, un cétacé arctique. Cette délicatesse est dégustée avec du sel marin et du pain de seigle. Ce sont les hommes qui font le service.

  • En Islande, la poule des neiges est à l’honneur la veille de Noël tandis que l’agneau fumé constitue le plat de choix du 25 décembre. La légende raconte que treize jours avant Noël, treize lutins descendent de la montagne vers les villes pour glisser des cadeaux dans les chaussures des enfants.

  • En Suède, le poisson mariné est un must comme le pudding de riz dans lequel on  cache une amande. Si l’amande est sucrée, celui qui la découvre devrait bientôt se marier. Si en revanche, l’amande est amère, la personne restera célibataire. Les Suédois se régalent aussi d’un jambon passé en saumure avant d’être bouilli et rôti, et d’un gratin de pommes de terre aux anchois nommé la "tentation de Jansson".

Europe de l’Ouest

  • En Angleterre, pas de Noël sans Christmas pudding préparé plusieurs semaines à l’avance. Chaque membre de la famille doit remuer la pâte dans laquelle on cache une pièce de monnaie en guise de porte-bonheur.

  • En Irlande, une ancienne tradition veut que l’on dépose du pain et du lait devant les portes qui ne sont pas fermées à clé la veille de Noël en guise d’hospitalité pour Marie ou Joseph ou un quelconque voyageur qui souhaiterait faire une pause. Chaque famille concocte des biscuits au cumin et trois différents Christmas pudding qui seront consommés le jour de Noël, le jour de l’An et le soir des Rois Mages.

  • En Allemagne, les préparatifs de la fête débutent le 6 décembre. Au menu des jours précédant Noël: confection de pains d’épice, de biscuits et achat de nombreuses décorations. Bon nombre de familles décorent leurs maisons de plusieurs arbres de Noël. "Le Christstollen est le gâteau traditionnel. Originaire de Dresde, il a une forme de pain allongé. Il contient des fruits confits, des raisins secs, des épices, du rhum, de la pâte d'amande, et est recouvert de sucre glace. La forme de ce gâteau, qui date du Moyen-Age, représente le Christ enfant dans ses langes"1.

Europe du Sud

  • En Italie, la grande star de Noël apparaît après le 25 décembre. Il s’agit de la Befana, une veille femme qui survole les maisons un balai à la main. Elle erre dans les campagnes jusqu’au jour des Rois et distribue des cadeaux aux enfants. Le mets par excellence de Noël est le fameux Panettone. Il peut être fourré à la crème, nappé de différentes sauces ou encore recouvert de chocolat. Le Pandoro, originaire de Vérone, est un autre gâteau très populaire depuis une centaine d’années1.

  • En Espagne, la nochebuena (bonne nuit) du 24 décembre au soir est un dîner de fête familiale. Si les traditions culinaires varient d'une province à l'autre, le menu comporte presque toujours de l’agneau rôti, de la dinde et des fruits de mer1. Le turron, sorte de nougat, est une confiserie incontournable de cette période. Les enfants reçoivent la visite de trois pères Noël le 6 janvier. Ce sont les trois Rois qui apportent les cadeaux et reçoivent au passage du vin, des biscuits et des pommes pour leurs chevaux.

  • A Chypre, on ne mange pas de viande pendant les quarante jours précédant Noël afin de se purifier l’esprit pour la venue du Christ. Le 24 décembre, on abat le cochon sur la place du village. Il sera au menu du soir après un potage traditionnel aux quenelles à l’œuf et au riz. Certaines familles servent aussi de la volaille. Les pâtisseries traditionnelles de l’époque de Noël sont les kourambiedes, des sablés saupoudrés de sucre glace, ou encore, les melomakarona, des petits pains épicés trempés dans le sirop de miel, ainsi que les koulouria, un pain traditionnel au sésame.

  • Au Portugal, on mange en famille avant de se rendre à la messe du coq qui aurait chanté la naissance de Jésus. Dans chaque maison, une table entière est dédiée aux desserts qui sont au nombre de 13, en référence aux participants de la Cène1. Les Portugais laissent les restes sur la table afin que les anges et les défunts puissent se servir lorsqu’ils sont à l’église. 

 
 

Europe de l’Est

  • En Russie, le Noël orthodoxe est fêté le 7 janvier. On jeûne jusqu’à l’apparition de la première étoile. Le jeûne est rompu par une bouillie de céréales, de miel et de pavot comme symboles d’espérance, de bonheur et de paix. Au menu de Noël, en entrée, on sert le koulibiac, un pâté brioché farci de viande ou de saumon. Le bœuf Stroganov constitue le plat principal. Parmi les desserts, le gâteau Napoléon, un millefeuille à la crème et à la confiture, fait souvent l’unanimité. 

  • En Pologne, la veillée de Noël est le moment le plus important. Avant le repas, un grand plat avec du sel, une bible et de l’argent est déposé sur la table, en guise de remerciement à Dieu pour le pain quotidien et l’argent gagné par la famille. "Le pain azyme est préparé et partagé entre les convives, en signe de conciliation, le soir du réveillon. Le repas du réveillon ne comporte habituellement pas de viande"1. Le plat traditionnel de Noël est le barszcz, le bortsch polonais, dont il existe autant de variantes que de foyers en Pologne. Il peut être servi avec des pierogis (raviolis aux champignons) et des cèpes au vinaigre2.

  • En Tchéquie, les familles achètent une carpe vivante et la laissent dans leur baignoire quelques jours avant de l’apprêter pour le repas de Noël avec une sauce noire élaborée avec du fromage oriental, du pain d’épices, des raisins et des amandes. La carpe peut être aussi panée ou frite et accompagnée de salade de pommes de terre et de crudités.


 

En Afrique

  • En Egypte, les Coptes célèbrent Noël le 7 janvier comme les chrétiens d’Ethiopie. Les célébrations ont lieu au terme d’un jeûne sans viande et sans produits laitiers. Fata, leur plat traditionnel comporte du pain, du riz et de la viande bouillie, en général de l’agneau.

  • Au Nigéria, tout commence par un feu d’artifices le 24 décembre. Le 25, toute la famille se rend à l’Eglise puis à la maison pour déguster un plat de poulet et de riz très pimenté. D’aucuns mangent aussi du moin-moin. Un mélange de haricots noirs, de légumes, de foie de poulet émincé, de morceaux de poulet, du poisson ou des crevettes et des œufs.

  • En Ethiopie, on fête Noël le 7 janvier. Les chrétiens font trois fois le tour de l’église une bougie allumée à la main. La messe dure plusieurs heures. Le menu de Noël est constitué de crêpes farcies de poulet très épicé et des légumes.

En Asie

  • A Singapour, la grande artère commerçante d’Orchard Road brille de mille et une lumières durant plusieurs semaines. Les pères Noël accueillent les enfants sur leurs genoux sous une avalanche de flocons de neige artificielle tandis que les parents remplissent leurs caddies de tout ce que le monde a à offrir en écoutant Jingle Bells à plein tube.

  • En Inde, les églises sont décorées de fleurs rouges de même que les manguiers et les bananiers. Les maisons sont ornées de guirlandes de papier. Pour se rendre à la messe de minuit, on porte ses plus beaux vêtements. On mange ensuite du porc avec du riz épicé.

  • Au Vietnam, Noël coïncide avec le début de l’année lunaire. Les familles aisées consomment un repas à l’occidentale, avec dinde et du pudding au menu, tandis que les personnes moins fortunées se contentent d’une soupe à la volaille.

  • Aux Philippines, la fête revêt une importance toute particulière. Ce pays est le seul d’Asie à être composé d’une majorité chrétienne. Les jeunes se rendent de ville en ville pour jouer des scènes de la vie de Jésus. Et sur la table festive de Noël, on trouve toutes sortes de mets dont une paëlla, du cochon laqué, du jambon aigre-doux, de la langue de bœuf à la tomate, du fromage Edam et plein de fruits frais.


 

Australie et Océanie

  • En Australie, le père Noël déboule en ski nautique sur la plage. C’est sur la plage que la fête a lieu en plein cœur de l’été. Ici, on a troqué la dinde contre un bon barbecue depuis belle lurette.

  • Aux îles Fidji, on se rend à l’église le 25 décembre au matin avant de déguster des petits cochons de lait entiers cuits dans des fours en terre cuite.


 

emag4a_noel_63125077.png

Amérique du Nord

  • En Alaska, le repas de Noël est souvent composé de poisson, de saumon fumé, dedoughnuts et de biscuits.

  • Aux Etats-Unis, la dinde est sur toutes les tables pour la fameuse fête de Thanksgiving fin novembre. Beaucoup d’Américains mangent du bœuf à Noël et surtout boivent le fameux Egg nog, un lait de poule agrémenté d’épices et de rhum.


 

Amérique latine

  • Au Pérou, pays qui a accueilli de nombreux flux migratoires, la dinde est abreuvée depisco, un alcool élaboré à base de raisin, avant d’être tuée. Les sauces qui l’accompagnent varient selon la communauté dont on est issu. Elles peuvent être japonisantes, pimentées ou afficher des parfums de cuisine chinoise.

  • Au Mexique, berceau d’origine de la dinde, les traditions de Noël reflètent l’empreinte de la colonisation espagnole. Les crèches de Noël occupent souvent la totalité d’une chambre et sont installées de façon à ce que les passants puissent les voir depuis la rue. Le repas de Noël comprend du potage de maïs, de la dinde, de la morue séchée ou des plats de viande épicés avec une sauce au cacao (mole).

  • Aux Antilles, les décorations de Noël ornent les bananiers et les cocotiers. Si autrefois, tout le monde se retrouvait pour tuer le cochon, aujourd’hui, le repas festif fait la part belle à cet animal. On y déguste du boudin antillais, du jambon à l’ananas avec un gratin de christophines. Le tout arrosé du fameux Ti’punch élaboré à base de rhum agricole.

Manuella Magnin

Journaliste culinaire - www.lesdelicesdemanuella.ch

alimentarium magazine
Une fois par mois, grâce à notre newsletter, restez informé et dégustez en primeur un article inédit sur l’alimentation ou une vidéo qui vous chatouillera tant les pupilles que les papilles. Explorez, apprenez, participez !
abonnez-vous