Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
A propos de la Fondation
Une bière brassée par des algorithmes
05
mai
2017
Julien Calligaro
La startup anglaise IntelligentX s’appuie sur l’intelligence artificielle et l’avis des consommateurs pour élaborer de nouvelles recettes de bières.
Grains d’orge torréfiés en vue de la fabrication de malt. ©Shutterstock/Maxpetrov

« Dans une brasserie traditionnelle, le brasseur élabore la recette de sa bière en fonction des tendances actuelles, de son intuition ou encore des remarques de son entourage », constate Hew Leith, cofondateur d’IntelligentX, une startup innovante basée à Londres. L’entrepreneur londonien a choisi d’aller à contre-courant : dans les locaux de sa société, des robots sont à l’œuvre pour trouver la recette parfaite en fonction des goûts des consommateurs.

Comment cela fonctionne-t-il ? Au dos de chaque bouteille de bière se trouve un code à scanner avec son smartphone. Il donne accès à l’application Facebook Messenger par le biais de laquelle il est possible de s’entretenir avec un robot pour donner son avis en répondant à des questions à choix multiples ou en attribuant une note de 1 à 10, comme par exemple : « Aimeriez-vous une bière plus ou moins gazeuse ? Plus ou moins fruitée ? Possédant une ampleur en bouche davantage prononcée ? ».

C’est à ce moment-là que l’intelligence artificielle (‘AI’ en anglais pour Artificial Intelligence) entre en jeu. L’algorithme de l’entreprise londonienne utilise les techniques de l’apprentissage par renforcement et d’optimisation bayésienne pour interpréter les informations des clients. Et même poser de ‘meilleures’ questions par la suite. « L’utilisation de l’intelligence artificielle permet de réunir les consommateurs et le brasseur dans une seule et même pièce, raconte Hew Leith. Recueillir autant de données serait extrêmement difficile et chronophage pour un être humain. L’intelligence artificielle peut en revanche les rassembler et les interpréter facilement. » Et avec succès car les saveurs des bières d’IntelligentX ont changé près de 20 fois depuis le lancement de la société en 2015 !

Engouement mondial pour la bière artisanale

10 000. C’est le nombre de brasseries artisanales dans le monde qu’a dénombré une enquête de la société de biotechnologie Alltech datant de 2015. Près de 5000 d’entre elles se situent en Europe et autant en Amérique du Nord. Dans le détail, les États-Unis arrivent en première position avec 4000 établissements. Suivis par le Royaume-Uni (plus de 700) et la France (650). En termes de brasseries par habitant, la Suisse se place en tête avec 396 brasseries artisanales, soit 5 pour 100 000 Helvètes.

L’engouement pour la bière artisanale est tel que des guides spécialisés, notamment à Londres, ou des cartes en ligne, à l’exemple de Berlin, recensant les brasseries et les bars qui vendent cette boisson, ont été créés. L’association américaine des brasseurs professionnels organise pour sa part une conférence annuelle dédiée à la bière artisanale. Les brasseurs amateurs ne sont pas en reste : dans l’État du Queensland, en Australie, ils organisent une ‘compétition de brassage amateur’, tandis qu’à Londres, ils se rencontrent pour partager leurs connaissances et améliorer ainsi les bières qu’ils créent eux-mêmes.

18 000 bouteilles vendues

L’intelligence artificielle peut-elle néanmoins remplacer le savoir-faire d’un brassage traditionnel ? « Cela ne pourra jamais prendre le dessus sur l’expérience et les compétences d’un brasseur », concède Hew Leith. Il rappelle que ses bières sont fabriquées grâce à une association entre l’intelligence artificielle et celle de l’être humain : c’est un homme qui brasse la bière sur la base d’indications de recette que l’algorithme lui fournit.

IntelligentX produit quatre bières différentes : l’Amber AI, la Golden AI, la Pale AI et la Black AI. La bouteille est vendue pour l’heure en Grande-Bretagne uniquement, à 4.50 livres (un peu plus de 5 euros)1. Un prix relativement élevé que Hew Leith explique par les coûts qu’engendrent la conception et l’utilisation de l’intelligence artificielle. Lui et Rob McInerney, son associé, ont eu l’idée d’utiliser l’intelligence artificielle pour créer une bière en… en buvant une. « Nous nous sommes rendu compte que les données et algorithmes informatiques étaient souvent utilisés dans un but ennuyeux, dit Hew Leith. Cela devient plus amusant lorsqu’on parle de bière ! » L’emploi d’une telle technologie permet également de mieux saisir les goûts des consommateurs et ainsi créer des bières ‘personnalisées’ pour certains types de clients. « Pour cela, il nous fallait par contre recueillir plus de données que celles que nous avions déjà. »

À ce jour, IntelligentX a vendu plus de 18 000 bouteilles. Dans les prochaines années, les deux entrepreneurs espèrent augmenter leur distribution et étendre leurs points de vente à d’autres grandes villes telles que San Francisco ou Berlin. Hew Leith évoque même Bangalore, la ‘Silicon Valley indienne’ : « Nous aimerions nous implanter partout où il existe une grande concentration de passionnés de bières artisanales et de chercheurs. » Les deux Londoniens ne cachent pas non plus leur intérêt pour d’autres produits « qui provoquent de l’émotion, tels que le café, le chocolat ou encore le parfum ».

Industrie ou artisanat ?

L’idée d’IntelligentX a déjà séduit Bart Watson, économiste en chef à la Brewers Association (l’association américaine des brasseurs), même s’il admet qu’il est difficile d’évaluer le potentiel de la société étant donné son jeune âge. « Elle est unique dans un pays qui compte plusieurs centaines de brasseries artisanales, indique le spécialiste. Une multitude de brasseries dans le monde changent d’ailleurs déjà leurs recettes. Et certaines demandent également l’avis des consommateurs en utilisant toutefois d’autres méthodes que l’intelligence artificielle. » Pour Bart Watson, l’innovation est indispensable dans un marché où la concurrence est rude.

Ces nouvelles techniques ne sont pourtant pas au goût de tout le monde. « Demander l’avis de ses clients, c’est se vendre au plus offrant, c’est faire des produits industriels », s’exclame Jérôme Rebetez, fondateur et propriétaire de la Brasserie des Franches-Montagnes, en Suisse. Une de ses spécialités, l'Abbaye de Saint Bon-Chien, a été élue meilleure bière du monde en 2009 par le New York Times2. « Nous ne brassons pas les bières en fonction des goûts des consommateurs. Nous fabriquons les bières qui nous plaisent et ensuite nous expliquons notre démarche aux clients. C'est ça, le métier d'artisan ! »

1. 1 Livre Sterling (GBP) = 1.15 Euros (€) / 1.22 Dollars américains (USD) /1.23 Francs suisses (CHF) [Source http://www.xe.com/fr/ consulté le 06.03.2017]
2. NEW YORK TIMES, 2009. Roll Out the Barrel, Open Your Wallet, 02.01.2009 http://www.nytimes.com/2009/01/07/dining/07wine.html?_r=2&scp=1&sq=Franches-montagnes&st=cse

IntelligentX http://intelligentx.ai/

Brewers Association https://www.brewersassociation.org/

Brasserie des Franches-Montagnes http://www.brasseriebfm.ch/

Global Craft Beer Survey 2015 http://www.alltech.com/news/news-articles/2015/11/09/alltech-releases-first-global-craft-beer-survey-against-backdrop-ab

Craft Beer London http://craftbeerlondon.com/about

Berlin Craft Beer Map http://www.berlincraftbeer.com/berlin-craft-beer-map/

The Queensland Amateur Brewing Competition http://www.qabc.org.au/

London Amateur Brewers https://londonamateurbrewers.co.uk/

HINDY, Steve, 2014. The Craft Beer Revolution: How a Band of Microbrewers Is Transforming the World's Favorite Drink. Basingstoke: Palgrave Macmillan.

COLLECTIF, 2017. Brew Your Own Big Book of Homebrewing. Minneapolis: Voyageur Press.

COLLECTIF, 2015. Le meilleur de la bière artisanale. Paris : Tana.

Julien Calligaro
Journaliste
Genève, Switzerland

Diplômé en science politique à l’Université de Genève, Julien Calligaro est journaliste chez LargeNetwork depuis 2016. Passionné de littérature de voyage et de romans français du 19e siècle, il affectionne particulièrement les sujets de société et de politique.

Ajouter un commentaire

alimentarium magazine
Une fois par mois, grâce à notre newsletter, restez informé et dégustez en primeur un article inédit sur l’alimentation ou une vidéo qui vous chatouillera tant les pupilles que les papilles. Explorez, apprenez, participez !
abonnez-vous