Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
A propos de la Fondation
Home : Exposition temporaire
Exposition

#vegan

Mai - juin 2021
Animation
"Pas si fou le tofu"
Les mercredis, samedis et dimanches après-midi dès 14:00 et en continu jusqu'à 16:15 (une animation dure environ 20 minutes).
Heures d’ouverture

Du mardi au dimanche
10:00 à 18:00

Tarifs d’entrée
CHF 13.00 Adultes
CHF 4.00 Enfant 6-15 ans
Gratuit Enfant 0-5 ans
CHF 11.00 Tarif réduit
(AVS, étudiants, chômage, AI,…)
Nous trouver
Alimentarium
Quai Perdonnet 25
1800 Vevey
L’Alimentarium consacre sa nouvelle exposition temporaire au véganisme. Nutrition, gastronomie, éthique, écologie mais aussi militantisme ou culture populaire, elle explore les multiples facettes de ce mode de consommation devenu, ces dernières années, un véritable phénomène de société.  
L’exposition #vegan a été initiée avec des témoignages d’internautes – véganes ou intéressé.e.s par le véganisme – invité.e.s à transmettre dès le mois de décembre 2020 leurs expériences personnelles sur la plateforme participative mavievegane.org.
Exposition, événements, ateliers, conférences, tables rondes sur cette thématique sont au programme !

La parole aux véganes!

Pour mieux comprendre les motivations individuelles derrière ce choix alimentaire, l’Alimentarium a donné la parole aux internautes – véganes ou intéressé.e.s par le véganisme –  via la plateforme participative mavievegane.org.
Plus de 120 témoignages ont ainsi pu être récoltés depuis début décembre 2020. Ils sont à découvrir dans l’exposition sous forme visuelle (citations sur les murs).
La base de données constituée par ces témoignages viendra également enrichir la recherche scientifique sur le véganisme en collaboration avec la Dre. Edmée Ballif, (Chercheuse FNS senior, Institut des sciences sociales, Université de Lausanne).
Enfin, pour pérenniser l’éphémère, les contributions rejoindront la collection de l’Alimentarium comme patrimoine immatériel.
POUR ou CONTRE?

Avant même de pouvoir découvrir l’exposition, le visiteur fait face à un buzzer qui le somme de prendre position : Végane ?  Pour / Contre. Ce dispositif fait écho aux choix impérieux auxquels nous confrontent quotidiennement les réseaux sociaux.

L’Alimentarium nous invite à dépasser ce mode de jugement binaire pour aborder toute la complexité du sujet, en commençant donc par déconstruire quelques idées préconçues. Les résultats des votes sont révélés à l’issue du parcours permettant au visiteur de mesurer le chemin parcouru entre le début et la fin de l’exposition avec, à la clé, une appréhension peut-être différente de la question.
LABYRINTHE DE CONFUSION
Après le buzzer, place au labyrinthe de confusion sous un feu nourri de slogans, revendications et autres prises de positions médiatiques auxquelles nous sommes confrontés tous les jours.
Ce kaléidoscope d’images complété par la diffusion les live feeds #vegan des réseaux sociaux nous plongent dans le brouhaha ambiant qui règne sur le véganisme.
ÎLOTS DE CONTENUS
Une fois sorti de ce labyrinthe, l’Alimentarium nous invite à parcourir quatre îlots de contenus et autant d’axes de réflexion pour explorer les multiples facettes du véganisme : gastronomie, santé et nutrition, environnement, éthique, mais aussi militantisme ou culture populaire
CARNISME x OMNIVORISME

Sur le pourtour de l’espace d’exposition se déploie le carnisme, soit la perspective dominante qui englobe notre vie quotidienne. Abordé en ‘miroir’ par rapport aux contenus proposés sur le véganisme, le contenu sur le carnisme met en lumière les stéréotypes et les arguments anti-véganes sans cependant tirer de conclusions hâtives ni porter de jugements.

Privilégier la notion de carnisme sur celle d’omnivorisme permet de dévoiler les mécanismes qui animent les motivations véganes et étend la discussion sur le sujet du domaine biologique vers le domaine socio-culturel en interpelant les raisons qui poussent certains à refuser cette prédisposition. Si tous les êtres humains sont des omnivores par nature, doivent-ils toujours l’être par nécessité ?

VÉGANISME x SANTÉ x NUTRITION

Les aspects nutritionnels du véganisme sont abordés en perspective avec les régimes végétariens, pesco-végétarien, ovo-lacto-végétarien ainsi qu’avec le régime standard omnivore. Les différents aspects de chaque pratique alimentaire ainsi que les contraintes et limites clairement définies par l’OSAV (Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires) sont représentés et comparés au moyen de visuels et de graphiques.

Le régime végétalien est souvent associé par le public à une problématique reliée exclusivement aux protéines animales de la viande (et par extension symbolique, de la chair). Il s’agit ici de souligner que les possibles carences, si le régime n’est pas suivi avec une attention particulière, portent plus sur des nutriments essentiels (vitamine du groupe B, notamment B12, fer, calcium, iode, acides gras essentiels) que sur les protéines. La problématique de l’apport protéique chez l’adulte étant assez mineur dans les pays développés. Ce message est rendu explicite par un jeu qui propose au visiteur de composer le contenu des repas de sa journée, d’omnivore, de végétarien ou de végane, puis permet de visualiser le niveau requis et atteint de chaque nutriment essentiel.

VÉGANISME x ENVIRONNEMENT x ÉTHIQUE

Bien que ce ne soit pas sa raison d’être première, le véganisme se positionne parfois comme relevant d’un souci de préservation de l’environnement, au même titre que le flexitarisme et les végétarismes. Il appelle à la réduction de l’empreinte environnementale due à l’exploitation animale, qu’elle soit directe ou indirecte. L’exposition illustre notamment les empreintes de ce régime restrictif sur les émissions de gaz à effet de serre et la consommation d’eau, en soulignant qu’il requiert des matières premières dont la production et le transport comportent des défis sociétaux et environnementaux, notamment l’exportation de denrées non locales (graines de chia, noix de cajou, amandes, etc). Une manière de signaler que si le bilan écologique est favorable, il n’est pas forcément aussi idyllique, tout en rappelant que cet aspect n’est pas la justification première du véganisme, contrairement à d’autres régimes alimentaires (bio, végé).

Cette partie donne l’occasion de réfléchir aux défis posés par l’agriculture végane, une entreprise complexe qui, par exemple en bannissant les engrais d’origine animale pourrait favoriser les engrais minéraux. Une complexité pouvant occasionner certains conflits entre motivations éthiques et environnementales.

VÉGANISME x GASTRONOMIE

Aujourd’hui, quand on se balade dans les magasins d’alimentation, notre regard est attiré par une multitude de nouveaux produits aux noms exotiques, allant des substituts de viande au vuna (thon végane), vacon (bacon végane) et seitan (aliment à base de protéine de blé). Pour quelles raisons les personnes véganes optent pour les aliments qui rappellent la viande, en mangeant comme les autres des grillades, des wraps ou de la sauce bolognaise ?

Impossible lorsque qu’on aborde ce thème du véganisme et des plaisirs de la table de faire l’impasse sur Rolf Hiltl qui a créé une des premières boucheries véganes à Zurich et qui perpétue la tradition familiale avec son restaurant végétarien. Créé à Zurich en 1898, le HILTL est considéré comme le plus ancien restaurant végétarien au monde.

Enfin, les témoignages récoltés sur la plateforme participative permettent de montrer comment ce régime alimentaire peut être, au sein des familles, un facteur de conflits, de stress voire une remise en cause de certaines habitudes. Le véganisme marque-t-il la fin du repas de famille ?

VÉGANISME x MILITANTISME x OBJETS DE CULTURE POPULAIRE

Le véganisme est aussi une forme de combat. Un thème abordé ici par le prisme du militantisme de la cause animale et environnementale, sous l’angle de l’action directe ou de la production culturelle (musique, littérature, mode, etc.). Ou comment des voix diverses mais aussi dissonantes et contradictoires se manifestent au sein de ce mouvement social. À titre d’exemple, la chanson iconique de The Smiths, Meat is murder (1985) est citée par certain-e-s végan-e-s comme un « élément décideur de conversion ».

Actions dans la rue ou dans l’assiette, opérations coup-de-poing, musique punk, vêtements et chaussures en cuir végane. Jusqu’où le mouvement va-t-il s’étendre ?